Nightmare again


Vous suivez le sentier, qui se trouve être bien plus chaotique que la route. Vous êtes même obligé de vous arrêter pour resserrer votre bandoulière car sentir le fusil rebondir sur votre dos à chaque bosse ou creux n’est vraiment pas agréable…
Tâchant d’ignorer l’inclinaison du terrain malgré vos muscles qui vous la rappellent en hurlant, vous criez entre deux respirations le nom de votre sœur. Plus les minutes passent, plus vous vous sentez en rogne contre elle ; Oh que oui, elle va vous entendre lorsque vous la retrouverez ! A l’heure qu’il est, elle doit être en train de pleurer quelque part…Peut-être même est-elle déjà retournée à la maison en voyant la nuit tomber…
Quant à vous, cela commence à faire un sacré long moment que vous roulez, qu’allez-vous faire à présent ?

=> Continuer à remonter le sentier ? Il faut bien passer par quelque part…

=> Rebrousser chemin en espérant que votre sœur ait retrouvé seule la raison et le chemin de la maison (peut-être même son sale clébard par la même occasion).

Retour